ActualitésL’Opposition iranienne

Soutien bi-partisan au Congrès américain pour le soulèvement et la résistance en Iran

Soutien bi-partisan au Congrès américain pour le soulèvement et la résistance en Iran

« Les Iraniens luttent sous la violence et la répression du régime théocratique des Ayatollahs depuis plus de 40 ans maintenant.

Par
Shamsi Saadati

Jeudi 17 novembre 2022, l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC) a orgaisé une conférence bipartisane au Congrès en solidarité avec le soulèvement national en Iran. D’éminents législateurs américains des deux partis se sont joints à cette conférence et ont promis de continuer à soutenir le droit du peuple iranien à un pays libre et démocratique. Ils ont également demandé que le régime iranien soit tenu responsable de ses crimes contre l’humanité, tels que le meurtre de manifestants innocents et le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Soutenant un Iran démocratique, ils ont rejeté toute forme de dictature en Iran.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a également envoyé un message vidéo à cet événement, présentant un bref aperçu des quatre décennies de crimes du régime et de la situation actuelle en Iran. Elle a exhorté la communauté mondiale, en particulier les États-Unis, à se tenir aux côtés du peuple iranien et de sa Résistance et à reconnaître sa volonté de renverser la théocratie au pouvoir.

« Une grande révolution est en cours en Iran. D’abord, elle rejette toute forme de dictature. Chaque jour, les manifestants rejettent à la fois la dictature du Shah et la tyrannie des mollahs à travers leurs slogans. Deuxièmement, ce soulèvement s’est distingué par le rôle prépondérant des femmes. Leur présence active a remis en cause la misogynie du régime, qui est l’un de ses piliers les plus vitaux », a déclaré Mme Radjavi.

 

« Pendant le régime d’apartheid en Afrique du Sud, le Congrès américain a adopté la loi globale anti-apartheid de 1986. Aujourd’hui, on attend du Congrès qu’il se range du côté des hommes et des femmes qui se battent en Iran avec une initiative audacieuse similaire », a-t-elle ajouté.

« Je suis aux côtés des femmes courageuses d’Iran et des hommes qui risquent leur vie… Je suis également aux côtés des personnes présentes dans cette salle et de Mme Maryam Radjavi, qui risquent leur vie pour un Iran libre, démocratique et égalitaire depuis des décennies », a déclaré le député Brad Sherman (D-CA).

« Nous ne parlons pas, une fois de plus, d'[échanger] une forme d’autocratie contre une autre. Nous parlons de liberté. C’est la révolution », a déclaré le représentant Randy Weber (R-TX). « Faisons en sorte que ce qui s’est passé avec le mouvement vert en 2009 ne se produise pas ici. Continuons à attirer l’attention sur ce problème et à faire en sorte que les gens le sachent. Mettons le monde de notre côté, et écartons les voyous de tout ça », a-t-il ajouté.

 

« Nous nous battons ensemble, nous luttons ensemble, et nous cherchons la liberté de tous ceux qui sont en Iran », a déclaré à l’assemblée la députée Sheila Jackson Lee (D-TX), fervente partisane du peuple iranien et de sa Résistance organisée.

« Je crois que le peuple iranien est engagé dans une cause juste et équitable, et nous sommes fiers de nous tenir à ses côtés. Les Ayatollahs savent que leurs jours sont comptés », a déclaré le député Tom McClintock (R-CA) dans ses propos sur l’événement de jeudi.

Le député Joe Wilson (R-SC), qui soutient la Résistance iranienne depuis longtemps, a réitéré son soutien au peuple iranien et a souligné qu’ »il est si important que le peuple iranien soit enfin libre et puisse exercer ses droits. »

Le membre du Congrès Steve Cohen (D-TN) figurait également parmi les orateurs de l’événement de jeudi. Il a déclaré : « Vous ne pouvez pas regarder les nouvelles et voir les manifestations menées par les femmes en Iran et la violence contre elles et les meurtres et les coups, et ne pas avoir de la sympathie et être submergé par un sentiment de tristesse. La liberté est si importante, et les jeunes femmes et les autres en Iran le montrent. »

« Les Iraniens luttent sous la violence et la répression du régime théocratique des Ayatollahs depuis plus de 40 ans maintenant. C’est une lutte qui a suscité un regain d’attention dans le monde entier à la lumière des manifestations nationales déclenchées par le meurtre d’une jeune femme, Masha Amini, aux mains de la police des moeurs du régime », a déclaré la députée Abigail Spanberger (D-VA) aux participants de la conférence de jeudi.

Faisant mention à la conduite brutale du régime lors des récentes manifestations, la députée Spanberger a déclaré : « Pourtant, au lieu de quitter les rues, l’escalade de la violence et les meurtres n’ont fait qu’ajouter à leur indignation, et c’est devenu un cri de ralliement pour les Iraniens qui réclament leurs droits. Je tiens donc à exprimer mon soutien indéfectible et à saluer la bravoure, le courage et la détermination de ces jeunes femmes et de ces jeunes hommes qui réclament leurs libertés fondamentales et tiennent tête au régime face à des intimidations, des violences et des détentions effroyables. »

Faisant mention au soutien bipartisan du Congrès américain au soulèvement national iranien, le représentant Scott Peters (D-CA) a déclaré : « Les Iraniens ont le droit de se défendre et nous sommes avec vous. Des membres du Congrès de tout le pays, de tout l’éventail politique, croient en cette lutte avec vous. Nous sommes ici pour parler en votre nom. Nous ne pouvons pas gagner cette bataille pour le peuple d’Iran. C’est une révolution de la liberté, comme la nôtre l’a été il y a plusieurs centaines d’années. Donc, nous vous souhaitons le meilleur. »

Saluant les courageux hommes et femmes iraniens qui se lèvent pour la liberté, le député Lance Gooden (R-TX) a déclaré : « Nous soutenons le mouvement qui a commencé, et j’espère qu’il se poursuivra. Il semble que ce mouvement soit très spécial et différent de tous les autres. Et nous soutenons le bon peuple, les combattants de la liberté et le peuple pro-démocratie d’Iran. S’il vous plaît, continuez votre combat, et je me réjouis de vous rejoindre un jour dans un Iran libre et démocratique. »

Bouton retour en haut de la page